Articles

Affichage des articles du octobre, 2013

A fond dans la connerie...

Je me posais la question dans mon précédent billet de la position louvoyante -que dis-je, ondulante!- du SGEN-CFDT dans la reconnaissance institutionnelle de la direction d'école. Je précisais qu'à mon sens ce syndicat s'enfonçait dans le néant: absence de pensée construite, refus de l'évidence, incapacité flagrante à se positionner clairement, retournements de vestes réguliers, danse du ventre... On en a enfermé avec une camisole pour moins que ça!
Je viens d'avoir une confirmation stupéfiante de ce que je subodorais avec un article du SGEN-CFDT parisien, qui surfe avec plus ou moins de bonheur sur la question des rythmes scolaires -la planche a dû être savonnée-.
La CFDT y réclame, et je vais citer la chose pour ne pas être taxé de partialité ou d' "interprétationnisme" (oui, le néologisme est moche, mais il est clair), la mesure suivante:
Le Sgen-CFDT demande au rectorat une véritable réflexion pour faciliter les rapports entre Directeurs d’école e…

Dirlos, ne vous faites pas avoir !

Image
Tout ce petit monde qui trépigne actuellement sur la thématique des rythmes scolaires ne vise, chers collègues directrices et directeurs d'école, qu'à vous entuber -pour rester poli-.
Les élections professionnelles ont lieu en 2014. Les centrales syndicales cherchent donc à se placer d'ici là du mieux possible pour gagner le maximum de sièges dans les diverses instances locales ou nationales et conserver leurs sinécures dorées et reposantes. Et chacune de montrer ses petits bras et ses petits poings pour faire le plus de vent possible et prouver sa détermination au service des enseignants. Comme tous ces rigolos n'ont pour la plupart aucune idée sur ce qu'il convient de construire, comme tous ces rigolos ne savent par essence que beugler en brandissant banderoles et slogans éculés, tout est bon à prendre pour faire oublier son incompétence. D'où cette ruée hilarante sur le moindre bidule qui traîne. Les nouveaux rythmes scolaires passaient par là, les syndicat…

Direction d'école: l'heure du choix...

Les vacances de Toussaint débutent aujourd'hui. La rentrée est faite. Quand j'écris cela, directrices et directeurs d'école savent bien ce que ça signifie: base-élèves est à jour, les APC sont organisées, les élections des représentants des parents sont terminées, beaucoup d'entre nous ont fait leur premier Conseil d'école... Il nous reste pour novembre nos prévisions d'effectifs, mais le plus difficile est passé. Comme chaque année nous avons rempli notre mission sans compter notre temps ni notre énergie. Pourquoi? Simplement parce que nous sommes des femmes et des hommes de terrain, et que nous savons que c'est notre plus grand intérêt de voir "tourner" correctement nos écoles. Alors nous continuons à le faire, avec dignité et abnégation, dans de grandissantes difficultés, mais avec conscience. Combien de temps pourrons-nous continuer ainsi? Notre métier est difficile, notre charge alourdie un peu plus chaque année. Nombreux sont ceux d'ent…

Et les directeurs d'école, dans tout ça?

Avec l'arrivée dans quelques 20% des écoles des nouveaux rythmes scolaires, on parle beaucoup du primaire dans les médias. De leur côté, les syndicats s'excitent, surtout dans la région parisienne. Tout ce joli monde piaille, râle, tape du pied. Nous avons droit à une profusion de témoignages -ou de prétendus tels-, de sondages biaisés, de récriminations diverses ou de louanges. Bref, voilà qui est très français.
Et les directeurs d'école, dans tout ça?
Notre situation a été effleurée par ci par là, mais avec parcimonie, et prudence. Si les syndicats admettent que notre barque est plus chargée qu'avant, ils le disent peu, ne le soulignent pas -à part la CFTC et le SE-Unsa si je suis honnête-, pour ne pas ajouter de billes dans l'escarcelle du ministère. Effectivement, des discussion préliminaires aux négociations à notre sujet ont lieu en ce moment, et les syndicats d'extrême-gauche comme ceux affiliés à la FSU ne voudraient surtout pas qu'on prenne prétex…

Vive la maternelle !

Ainsi donc le CSP, ou Conseil Supérieur des Programmes, est installé dans ses meubles. Ce n'est pas en soi une nouveauté: Lionel Jospin avait créé en 1989 un Conseil National des Programmes qui fut supprimé en 2005 par François Fillon; la "droite" considérait les programmes scolaires comme un enjeu hautement politique et stratégique et préférait remettre la main dessus sans permettre à aucun professionnel de seulement imaginer pouvoir les discuter. On en a vu le résultat déplorable par la suite...
Le premier labeur du CSP consistera normalement à dépouiller les consultations venues de la base, soit des enseignants du primaire, pour élaborer de nouvelles directives qui seront proposées à la critique en juin 2014. La tâche ne sera pas simple. D'autant que la composition du CSP laisse rêveur un praticien de terrain comme moi:
six parlementaires;deux représentants du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) -qu'est-ce qu'ils connaissent de l'école …

48000 fusibles...

Les directeurs d'école sont secoués dans tous les sens en ce moment. Les capitaines de caboteurs que j'évoquais dans un ancien billet sont singulièrement ballottés sur un océan éducatif aux eaux agitées.
La rentrée est difficile pour toutes les écoles, les enfants fatigués, les conditions climatiques insatisfaisantes. Certains connaissent les affres d'être "passés" au rythme de quatre jours et demi, avec une organisation supplémentaire à assumer. D'autres ont vu leurs effectifs exploser. Et pour parfaire le tableau rien n'a changé des injonctions diverses et autres documents ou chiffres à rendre pour l'avant-veille dernier délai.
Bref, c'est comme d'habitude pour les directeurs d'école la période la plus compliquée de l'année.
Si on parle beaucoup dans les médias actuellement des "nouveaux" rythmes scolaires, c'est le point de vue de certaines familles et de certains élus qu'on y expose, ou les erreurs de communes qu…

Consultation: squizzez les IEN !

Vous savez tous, chers collègues directeurs d'école, chers collègues enseignants du primaire, que le ministère vous consulte actuellement sur les programmes. Vous devez d'ailleurs consacrer trois heures -sur les cent-huit que vous devez à votre administration- à ce travail. Comme si nous n'avions que ça à faire en cette période d'élections, mais bon...
Vous avez peut-être reçu de votre DASEN ou de votre IEN une grille à remplir. Le problème, c'est que ces braves gens vous demandent de leur retourner le document rempli. Dans quel objectif? Logiquement il s'agirait uniquement de le transférer au ministère. Mais ne vous faites pas d'illusion! Votre IEN se fera un plaisir de lire votre prose.
De là à imaginer que votre IEN peut se servir de ce document comme d'un outil d'évaluation, il n'y a qu'un pas à franchir, assez facilement d'ailleurs. Et même s'il ne cherche pas volontairement à le faire, ce que vous y inscrirez restera à charge …