Articles

Affichage des articles du novembre, 2013

Qu'est-ce qu'un GRAF?

Dans les propositions du ministre de l’Éducation nationale que les syndicats d'enseignants discutent en ce moment, il est proposé la création d'un "grade" spécifique à la direction d'école, un GRAF, ou "GRade à Accès Fonctionnel".
De quoi s'agit-il donc? D'abord, clairement, indiscutablement, indubitablement, c'est une reconnaissance de la spécificité du métier de directeur d'école. Une autre proposition du ministre, celle de la création d'un "référentiel métier" définissant proprement la mission des directeurs, va dans le même sens: le directeur d'école n'est plus un enseignant "comme les autres", ce qui correspond à la réalité des faits depuis largement plus de quinze ans maintenant. Il est de bon ton chez certains syndicats d'extrême-gauche de le nier, mais ces braillements dans le vide ne serviront pas à grand chose tant les principaux syndicats d'enseignants ne nient plus cette réalité.
Le mi…

La double peine...

Les directeurs d'école sont fatigués.
Fatigués déjà par leur double charge, celle de diriger une école sans en avoir les moyens, et celle d'enseigner qui se superpose à la première sans que rien ne soit fait pour les y aider. Ce fardeau, cette double peine, dévore toute énergie, mange leur temps libre, les épuise nerveusement et physiquement, et tout le monde s'en moque.
Les directeurs d'école sont fatigués de n'être pas mieux considérés. Ni par leur administration, cette institution qui tient plus d'une hydre à mille têtes et les apprécie comme des fusibles fort pratiques dès lors qu'une quelconque scorie pénètre dans la machine. Ni par les municipalités, qu'il ne faut pas beaucoup gratter pour que nombreuses se révèlent celles qui tiennent les directeurs d'école pour de bons factotums qu'on peut impunément remettre à leur place de petits fonctionnaires. Ni par la société civile, familles ou associations, médias agressifs, qui méprise ouvertem…

Le ciel s'éclaircit, mais un orage gronde au loin...

Si les négociations concernant la direction d'école ne débutent que lundi, les syndicats d'enseignants ont d'ores et déjà reçu des documents de travail ainsi que des pistes de réflexion lors d'entretiens préliminaires. Et ce qui en sort n'est pas forcément réjouissant.
Certes le ciel s'éclaircit. Certains points que les directeurs d'école réclament sont à l'ordre du jour, comme par exemple ce que le ministère appelle un "référentiel-métier" -aaah, quel bonheur que ces néologismes barbares en -tiel qui ne veulent rien dire!-. S'il s'agit de définir clairement notre mission, j'applaudis des quatre mains (oui je suis encore souple en dépit de mon âge, maternelle oblige). Mais je doute fortement de la qualité de ce "référentiel" -décidément j'ai du mal- qui sera certainement élaboré par une DGESCO exsangue d'informations et éloignée des réalités du terrain, et donc à coup sûr écrite en termes suffisamment vagues pour…

Adhérez, c'est le moment !

Les discussions et négociations sur la direction d'école sont commencées. La semaine en cours et celles qui suivront sont cruciales pour les directrices et directeurs des écoles publiques de France. Le GDiD, qui a été consulté en amont par le ministère et a déjà abondamment discuté avec ses divers partenaires syndicaux, ne lâche rien, et divers membres de son bureau passent en ce moment bénévolement leurs journées à Paris dans réunions et colloques. L'objectif, c'est bien au final d'obtenir un statut pour les directeurs d'école... pour TOUS les directeurs d'école. Peut-être faudra-t-il du temps, mais le GDiD est déterminé à ne pas se contenter de hochets ou de clopinettes. La reconnaissance de notre métier est primordiale pour l'avenir de l'école.
Alors c'est le moment d'adhérer au GDiD si vous ne l'avez jamais fait, ou de ré-adhérer.  Vos 20 € permettront à l'association de pourvoir à une partie des frais inhérents à ces déplacements, …

J'ai des idées...

"J'ai des idées" Pièce en un acte
Scène 1
(Une salle des maîtres. Une grande table tient le centre de la scène. A droite un photocopieur. A gauche une porte. Quelques affiches de l’École des Loisirs sur les murs. Un tableau en liège avec des papiers punaisés indistincts.)
Entrée de Salomé, une jeune femme, vêtue d'un jean et d'un pull-over léger. Elle tend l'oreille.
Salomé: Quelle est cette rumeur qui pèse sur la ville?
Elle sourit.
Salomé: Tout ce bruit dans la rue, c'est FO qui défile...

Entrée de Michel, directeur d'école, rasé de frais, jean et veste légère, col entrouvert.
Michel: Ah, bonjour Salomé, vertueuse décharge!
Tu ne défiles point? -
Salomé: - Il faudrait être barje!
Ils rient tous les deux.
Salomé: Cher Michel, entend-moi, j'ai besoin d'un conseil.
Ton avis m'est précieux, à nul autre pareil.
Michel: Je t'écoute, Salomé, je ne peux refuser
D'entendre ta question comme elle est présentée!
Salomé: Je vais me mettre sur la liste d…

Petite chanson de marche...

Petite chanson de marche, pour accompagner les sorties scolaires et autres pique-niques (sur l'air de "Un kilomètre un pied...").
Un directeur d'école, ça bosse, ça bosse, un directeur d'école, ça bosse énormément.
Deux directeurs d'école, ça bosse, ça bosse, deux directeurs d'école, ça bosse énormément.
Trois directeurs d'école...

La noyade...

Qui se noie? L'école. Et moi avec.
Submergé par les vagues depuis la rentrée, je suffoque et je m'agite, mais je ne fais que m'enfoncer un peu plus à chaque mouvement. Une bonne solution serait de ne plus bouger, de faire la planche, et de laisser les flots me bercer. Mais les vagues sont trop fortes.
Les vagues de mon propre travail d'abord. A plein temps avec mes élèves, nombreux, trop nombreux, que je dois porter à bout de bras depuis le début de l'année pour les rassurer, leur montrer que je ne veux que les accompagner pour les aider à grandir. Qui le dira? Certainement pas ceux qui n'ont jamais exercé ce métier, et qui croient qu'enseigner en maternelle est une longue sieste ponctuée de jeux divers et de récréations. C'est épuisant, usant, c'est énergivore et vampirisant. La classe ne semble homogène qu'en surface, les enfants sont fatigués d'avoir repris ce rythme scolaire que pourtant je m'évertue à rendre le plus proche possible…

Qu'attend-on pour en faire autant?

Il est récemment paru dans le Nouvel Observateur un article consacré aux "bonnes recettes" du système scolaire finlandais. On en a l'habitude, j'ai moi-même ici-même plusieurs fois vanté certains aspects de l'école en Finlande, dont j'apprécie en particulier la forte autonomie des établissements.
Cet article court vante certains aspects louables et indiscutables, comme la prise en charge immédiate -et souvent au sein de la classe- de la difficulté scolaire, la formation poussée des professeurs, ou l'équité de traitement en fonction de la population concernée avec des moyens supplémentaires octroyés aux établissements qui en ont besoin. Tout cet ensemble de mesures de bon sens amène depuis dix ans la Finlande en tête dans le classement des systèmes scolaires les plus performants des pays industrialisés. Classement dans lequel la France de son côté fait piètre figure.
Bien sûr, il est difficile de totalement comparer les résultats d'une nation à la pop…