Articles

Affichage des articles du mars, 2014

Il n'y a pire sourd...

Je ne peux pas écrire un article dans lequel se trouve le sigle GDiD sans qu'aussitôt quelques gilets colorés et autres dindons à la couleur indéfinissable tombent sur l'association en question pour réclamer des têtes et menacer de la quitter... C'est ce qui se passe actuellement avec mon dernier billet qui a été repris sur le site du GDiD, et sur sa page Facebook. Je me fais donc l'ineffable plaisir de rappeler, comme je l'ai déjà pourtant fait ici mais certains ont la mémoire courte, que je ne suis inféodé à rien ni à personne, que j'ai l'esprit et la parole libres, et que je compte bien continuer à faire activement tourner le premier et fonctionner la seconde. Je suis membre du GDiD à titre personnel, mais l'association en question n'a rien à voir avec moi ni avec mes propos ni avec mes idées ni avec quoi que ce soit d'autre ici sur ce blog. Voilàààà... c'est clair maintenant? J'écris ça, moi, pour le confort des uns comme des autres…

Le GDiD va-t-il devoir tout recommencer?

Au petit jeu des conjectures quant aux suites qui seront données aux élections municipales, les directeurs d'école risquent bien d'être largement perdants.
Effectivement, de nombreux journaux et analystes donnent partant le présent Ministre de l’Éducation nationale. Largement contesté depuis un an en raison des nouveaux rythmes scolaires, devenu la tête de turc des politiques de "droite" comme des syndicats extrémistes, M. Peillon dont le moins qu'on peut penser est qu'il doit être franchement fatigué risque fort de faire les frais de la totale perte de crédibilité du premier Ministre et de Président de la République.
Le Figaro rapportait ainsi dernièrement:
"Des cartons ont déjà été commandés rue de Grenelle, les rumeurs de remaniement concernant Vincent Peillon se faisant pressantes. «L'atmosphère est électrique. On sent la fin de règne. Le dossier mal ficelé des rythmes scolaires et celui des classes préparatoires n'ont pas aidé le ministre», …

Télégramme...

Salut vieille branche. STOP. Ici c'est le néant. STOP. Pas de nouvelle de quoi que ce soit. STOP. État de la France zéro. STOP. Statut des directeurs d'école zéro. STOP. Trois causes. STOP. Première cause élections alors pays bloqué. STOP. Deuxième cause Peillon sur la corde raide. STOP. Troisième cause lutte à mort cabinet du ministre contre DGESCO. STOP. Bref on est bien dans la merde. STOP. Manquerait plus que Royal au ministère pour couler le bateau définitivement. STOP. Courage! STOP.

Le dirlo est sur un nuage...

Le titre de mon billet m'amuse (oui, il m'en faut peu). Parce que je veux signifier par là, dit plus vulgairement, que j'ai la tête dans le [...].
Entre ESS (équipe de suivi de scolarisation), réunions de l'équipe éducative, réunions sur tout et n'importe quoi institutionnelle ou scolaire ou municipale ou je ne sais quoi d'autre, la classe la classe la classe et encore la classe avec mes trente morveux, la direction d'école que plus ça va plus j'ai envie de jeter ça par-dessus l'épaule... et je ne cause pas des désopilantes animations pédagogiques dans lesquelles à mon âge je me demande vraiment ce que j'y fais j'en avais une ce matin franchement...
Bref, je suis sur un nuage, je préfère cette image-là autrement plus réjouissante que celle de ma tête [...].
En ce moment, la direction d'école ma parait une totale absurdité. Je ne suis pas inconscient, je sais pertinemment que si mon école "roule toute seule" c'est bien parc…

Calculez votre indemnité GIPA 2014...

Un collègue que je remercie m'a envoyé un petit fichier Excel destiné au calcul de l'indemnité de Garantie Individuelle du Pouvoir d'Achat pour 2014. Quand sera--elle versée? Aaaah là, c'est un mystère... Mais faites le calcul, cela vous remontera peut-être un petit coup le moral en ce dimanche ensoleillé! ... ou le fera s'effondrer, c'est selon.
Inscrivez simplement dans la feuille votre indice au 31 décembre 2009, puis votre indice au 31 décembre 2013, la calcul est fait automatiquement (attention, montant brut! Pensez à la CSG, la retraite...).

Il fait beau, je suis sec...

Image
Je l'avoue: je suis sec. Depuis deux ans que sur ce blog je dénonce l'absence de statut des directeurs d'école primaire français, j'en ai tellement dit que je ne peux plus rien écrire sans avoir la cruelle impression de me répéter.
Ce n'est pas qu'une impression, d'ailleurs. Mes derniers billets m'ont amené à relire certains écrits plus anciens où j'exprimais la même idée sous des formes différentes. Pour en revenir à un simple et unique constat: les directeurs d'école ont besoin d'un statut, et ils ne l'ont pas. Les pesanteurs sont diverses: freins syndicaux, trouilles gouvernementales, budget de l’État en berne... Je sais bien, je l'ai moi-même écrit, que le projet Peillon nous concernant serait un pas en avant, mais avant de danser une bourrée détendue je dois bien reconnaître que pour l'instant ce projet est dans les limbes.
Pourquoi un statut? Parce qu'actuellement les directeurs d'école surchargés de tâches diverse…