Articles

Affichage des articles du mai, 2014

Le choix de la responsabilité...

Image
Drôle de période que celle que nous vivons politiquement dans notre pays... avec un Président de la République aux abonnés absents -incapable même de faire un discours sans dire une ânerie-, un Premier Ministre qui semble vouloir sauver les meubles et prendre les rênes d'un État à vau l'eau, un bipartisme mourant qui s'enterre lui-même sous les affaires de corruption et les luttes de pouvoir... La France va mal, et jamais comme aujourd'hui je n'ai senti à quel point la 5ème République, créée par et pour de Gaulle, se trémoussait dans les soubresauts d'une agonie difficile. Il faut dire que tout a été fait pour: l'élection du Président de la République au suffrage universel fut un premier coup mortel, ramener son mandat à cinq ans en fut un second. Mais c'est la Nation qui paye, avec de prétendues élites incapables de prendre la mesure du mauvais état des institutions et lois de notre pays, et qui se vautrent de façon éhontée dans la luxure, l'immor…

Référentiel-métier? Kézaco?

La reconnaissance du métier spécifique de directeur d'école avance. En dépit du changement de ministre et des soubresauts absurdes de la réforme des rythmes scolaires, le ministère a conservé le calendrier prévu des travaux attachés à notre mission. Ce qui signifie que si tout se passe bien nous aurons dès septembre de premières avancées significatives.
Nous n'aurons pas tout, certaines mesures comme la création du Grade à Accès Fonctionnel (GRAF) n'interviendront qu'après nouvelles discussions en 2015. Mais 2014 devrait voir par exemple l'évolution nette de la formation des directeurs d'école, et surtout la finalisation du Référentiel-métier.
Référentiel-métier? Qu'est-ce que c'est que ça?
Actuellement, nos tâches varient au gré du vent, et au gré des desiderata plus ou moins justifiés des IEN ou des DASEN. Clairement nous sont parfois dévolues des responsabilités que nous ne devrions pas avoir, soit qu'elles ont été inventées par une équipe de ci…

Le dirlo poireaute et s'inquiète...

Image
Le dirlo, enfoncé dans ses admissions et tout le [...] de la fin d'année qui s'annonce, poireaute. Il attend la réalisation concrète des annonces de M.  Peillon, qui bien que disparu des écrans radars -sauf pour ceux qui s'occupent des canaux de France- avait lancé quelques chantiers prometteurs à son sujet: référentiel, GRAF...
Bon, un changement de ministre ne facilite pas les choses, surtout quand on voit la dextérité dont fait preuve le nouveau cabinet (oui, c'est ironique). Le coup de la pré-rentrée j'en rigole encore (jaune).
Heureusement le GDiD, qui ne chôme pas (je ne sais pas comment font ces gens-là pour articuler leur mission de direction, leur vie de famille et leur vie associative bénévole) nous informe que le GDiD est reçu aujourd'hui mercredi 21 mai au ministère. Des avancées? On verra ça... Je reprends ce que dit Alain Rei, président de l'association: "Nous avons aussi travaillé à la DGSCO sur le futur réglement départemental, en mett…

La rupture...

Image
Voilà, ça y est, la rupture est consommée. L'union contre-nature de l'école primaire et de l'enseignement secondaire a bien vécu.
Il faut dire que c'était l'union de la carpe et du lapin: fonctionnements différents, salaires différents, statuts différents, temps de travail différents... donc intérêts forcément divergents. La réussite d'un couple tient en grande partie au respect mutuel et à la considération que chacun a pour l'autre. Quand il n'y a qu'incompréhension et mépris, le divorce est logique et rapide.


Mais il ne s'agissait que d'un PACS, non d'un mariage. Chacun va reprendre ses billes sans souci, même les meubles n'avaient pas été achetés en commun. Avec deux lits jumeaux, ce sera simple, car il n'a jamais été question de coucher ensemble.
Je parcours ce matin les sites syndicaux, comme chaque jour, pour voir ce qui y est dit de ce report fumeux de la pré-rentrée et de la rentrée des élèves. Il n'y a pas trente-si…

Le mépris et l'ignorance...

Image
Le psychodrame que les enseignants du primaire viennent de vivre avec cette cacophonie gouvernementale autour de la journée de pré-rentrée est avant tout révélateur de l'état de déliquescence d'un système qui est à bout. Les enseignants n'en peuvent plus des refus, des atermoiements, des changements et retournements de veste à répétition. L’Éducation nationale a besoin de sérénité pour fonctionner correctement, et rien n'est fait pour nous l'apporter.
Deux mots viennent à mon esprit pour définir proprement les causes de la faillite du système, ceux d' "ignorance" et de "mépris".
L'ignorance, c'est d'abord celle de la pyramide institutionnelle, qui du ministre jusqu'aux Directeurs académiques, tous issus de la société civile ou de l'enseignant supérieur ou secondaire, ignorent totalement comment fonctionne l'école primaire. Quand j'écris "totalement", j'utilise ce terme à bon escient: une collègue di…

La honte!

Image
Comme toute directrice d'école, comme tout directeur d'école, vous êtes consciencieusement à votre poste de nombreuses journées à l'avance, en fin de mois d'août, pour préparer au mieux la rentrée de vos élèves et vos collègues. Ces journées permettent de paisiblement organiser les répartitions d'élèves si quelques-unes étaient en suspend, de distribuer le matériel livré à l'école, de reprendre contact ou rencontrer nos partenaires et les personnels -ATSEM, Municipalité, services techniques...-, de gérer quelques problèmes inattendus... le tout en toute quiétude et à votre rythme.
Ce travail, le ministère ne le reconnait pas. Votre présence, le ministère s'en fout. La seule façon qu'il a de reconnaître notre investissement fut il y a quelques années de nous octroyer une journée officielle de pré-rentrée qui comptait dans notre temps de service. Il fut même un temps béni, et c'est le directeur de maternelle qui parle, où nous en eûmes deux, ce qui p…

Le temps, ce n'est pas de l'argent...

Image
La DEPP, ou "Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance", une émanation statisticienne du Ministère de l’Éducation nationale, vient de sortir son "Bilan social" pour l'année 2012-2013.
Ce document de 174 pages est comme toujours une mine d'informations précieuses. On apprend des choses surprenantes au détour des pages. Tenez, savez-vous par exemple que l'enseignement primaire compte dans ses rangs 81% de femmes? Elles y sont 270870 pour 63717 hommes... Qu'on me parle de parité, tiens! D'autant que ça ne va pas s'arranger dans les années qui viennent, puisque 35% des hommes de l'enseignement primaire ont plus de cinquante ans. Une autre domaine où ça ne va pas s'arranger non plus, et j'évoquais le problème dans un billet récent, c'est celui de la direction d'école: sur 45564 directeurs d'école près de 74% sont des femmes (il se raconte pourtant que les hommes trustent ces postes-là), et 45% …

Français, inquiétez-vous !

L'enseignement public fait depuis deux semaines la Une de tous les médias, avec plusieurs discussions  plutôt inquiétantes à mes yeux.
D'abord la réforme des rythmes scolaires qui hors considérations politiciennes continue outre les médias à focaliser l'attention d'un public en attente, car elle n'a pour ainsi dire pas été encore appliquée. Certes un cinquième des communes françaises l'a déjà étrennée, et les échos en sont contradictoires, mais concrètement les 4/5èmes du pays n'en verront la mise en route qu'en septembre prochain. Pourquoi alors un débat aussi virulent? Tout simplement parce que ce retour à cinq matinées de travail s'accompagne d'exigences dont la portée n'a aucunement été mesurée par la DGESCO (Direction Générale de l'Enseignement Scolaire) qui l'a élaboré, et qui vont coûter la peau des fesses à des communes qui ont d'autres chats à fouetter. Les Maires s'inquiètent à juste titre pour leur budget et l’Éta…