Articles

Affichage des articles du juin, 2014

Et votre adhésion ?

Le GDiD a été reçu jeudi par M. Hamon, Ministre de l’Éducation nationale. Est-ce par hasard? Non.
Le référentiel-métier des directeurs d'école est sur le billot, il sera actif à la rentrée, et le GDiD en recevra mardi la dernière mouture pour y travailler. Est-ce par hasard? Non.
Le calendrier des mesures pour les directeurs d'école a été confirmé au GDiD par Monsieur le Ministre et son cabinet. Est-ce par hasard? Non.
Depuis treize ans le GDiD se bat pour que notre métier soit reconnu, pour que nous obtenions un statut qui nous permette de travailler à la réussite de nos élèves en toute sérénité et avec les moyens nécessaires. Le GDiD au cours des années a su convaincre plusieurs syndicats et organismes qui sont devenus pour nous des partenaires précieux et sincères. Les membres actifs du GDiD sont tous des directeurs d'école en exercice. Les membres actifs du GDiD sont tous bénévoles, ils ne gagnent rien et n'ont pas de décharge pour ce travail, ils prennent sur leu…

Globof...

Image

Le dirlo n'a rien à dire...

Image
Aujourd'hui le dirlo n'a rien à dire. En revanche, il lui reste encore à faire, ce qui je dois bien l'avouer me devient chaque jour plus compliqué: chacun de mes actes, chacun de mes déplacements adopte ce rythme très original que nous connaissons tous, dit de "la limace", soit une lenteur certaine, l'allure traînante, l'aspect démoralisant du mollusque en général.
La limace ne parle pas -elle n'aurait de toute façon que peu à nous raconter-, mais en ce qui me concerne l'élocution est difficile, les mots se bousculent mais ne retrouvent pas leur ordre originel, je suis proche désormais du baragouin inintelligible. Inutile de me demander un discours compréhensible. Inutile également évidemment de me demander en règle générale de penser, j'ai un mal de chien à aligner deux idées, quand bien même une seule à la fois prend des allures étranges et s'échappe souvent dans des digressions stupéfiantes qui pourraient me faire suspecter de consomma…

Arc-en-ciel...

Image

Alea jacta est...

La menace a payé. Il est regrettable d'avoir dû en arriver là. Pour la première fois de son histoire le GDiD a utilisé pour se faire entendre une arme en général syndicale, celle de la menace de ne pas communiquer aux familles la lettre du ministre aux parents. Cette mesure n'a plus lieu d'être, et la demande de M. Hamon peut aujourd'hui être suivie d'effet car les directeurs d'école ont été entendus.
Le GDiD nous informe sur son site que le ministre nous a enfin donné le calendrier des premières mesures concernant la direction d'école, et respecte donc son engagement de continuer le travail engagé par son prédécesseur. Le référentiel-métier sera bien applicable à la rentrée de septembre 2014!
C'est pour moi bizarre à écrire, mais je dois reconnaître et souligner dans cette histoire l'engagement sincère et honnête du SE-Unsa et en particulier de son secrétaire général Christian Chevalier (avec un seul "L", ne pas confondre avec le musicien…

Bravo le GDiD !

Le GDiD voit rouge aussi, et appelle à ne pas diffuser la fameuse "lettre aux parents d'élèves" de M Hamon! C'est ici. Bravo!
Monsieur le Ministre,

Les directrices et les directeurs d'école, déçus par le traitement du dossier qui les concerne, ne diffuseront pas votre lettre aux parents sur la réforme des rythmes scolaires jusqu'à ce qu'un calendrier précis programme la mise en œuvre des mesures décidées pour reconnaître notre métier, en commençant par la pierre angulaire de l'édifice soit l'écriture d'un référentiel-métier.

Depuis plus de 13 ans Le GDiD n'a de cesse de faire reconnaître le métier directeur d'école. Présents dans les nombreuses concertations liées à la refondation de l'école nous avions alors pu percevoir à la fois la prise en compte générale de cette réalité, mais également la volonté politique affirmée de vouloir refonder l'école et cela en commençant par le premier degré.

Notre enthousiasme naturel de direct…

Mémé dans les orties...

Image
Notre nouveau ministre de l’Éducation nationale avait promis au GDiD qu'il respecterait le calendrier élaboré par son prédécesseur pour ce qui concerne l'évolution nécessaire du métier de directeur d'école.
Ce n'est pas le cas. Le travail de fond du GDiD semble avoir été vain puisqu'au lieu de nous sortir enfin le "référentiel-métier" qui était sur le billot et sur lequel le GDiD a longuement travaillé, voilà que le ministère semble -à la demande de la FSU et des syndicats non-réformistes- s'orienter vers une simplification des tâches.
Certes elle est peut-être nécessaire. Mais "alléger" quelque chose qui n'est pas défini, voilà qui parait curieux, et certainement léger. Le ministre veut-il donner des gages à la FSU avant les élections professionnelles? Car il faut être clair: d'une région à l'autre, d'une commune à l'autre, d'une circonscription à l'autre la mission des directeurs d'école varie en responsabi…

Les boulets...

Dans un article récent de L'Express.fr sur l’Éducation nationale et son récent ministre, Caroline Missir s'interrogeait "sur la capacité de ce ministère à produire du consensus, et à se défaire des pesanteurs de toutes sortes, administratives, syndicales ou politiques."
Mme Missir est bien gentille lorsqu'elle parle de "pesanteurs". Ce sont de véritables boulets, attachés avec force chaînes aux pieds de l’Éducation nationale, qui en entravent la marche. Au point qu'on peut légitimement aujourd'hui se demander s'il sera un jour possible de repartir de l'avant.
Les boulets administratifs sont la pléthore d'organes, bureaux, directions et conseils divers qui prétendent tous mener la danse sans connaître la cadence. Ces braves gens qui ne veulent que le bien d'autrui sont fort éloignés des préoccupations réelles du terrain, quand ils les ont seulement un jour connues. Pire, tous ces gens là imbus de leur compétence méprisent les aut…

La méthode Gaston...

Image
PS: ... merci M. Franquin !

Internet sécurisé pour le directeur...

Image

Juin de directeur...

Image

Admissions...

Image

Tombés au champ d'honneur...

C'est l'hécatombe.
Parmi les chiffres que nous communique annuellement le ministère de l’Éducation nationale, il y en a un que nous n'aurons jamais, c'est celui du taux de renouvellement des directions d'école. Combien de directrices, de directeurs, abandonnent chaque année leur mission? Considérés comme des sous-fifres gestionnaires par notre administration qui n'a aucune idée de l'importance de notre rôle, nous sommes également semble-t-il facilement remplaçables, il y aura toujours un tâcheron qu'on mettra à notre place, contraint et forcé si nécessaire.
Je ne vois autour de moi en ce moment, période de "mouvement" (soit le choix que les enseignants peuvent faire de travailler dans telle ou telle école), que départs plus ou moins volontaires. Une multitude de départs! A un point que rarement je pense je n'avais observé. Pour plusieurs raisons.
D'abord les départs en retraite, dont je sais -j'en ai déjà parlé ici- qu'ils von…

Ceux qui marchent sur la tête...

Image
Je suis un peu en colère ce matin après mon tour quotidien sur l'internet des articles qui concernent le métier d'enseignant. On nous ressort en ce moment un certain nombre de vieilles barbes qui s'ils ne sont pas en retraite n'ont de toute façon pas vu un enfant depuis des lustres.
Un vieux dessin de l'excellent Vidberg...
Et les pseudo-querelles reprennent de plus belle entre anti et"pédagogistes", avec les tenants du numérique à tout crin qui veulent abandonner l'écriture manuscrite et ceux qui restent conscients de l'importance du corps dans les acquisitions, avec... On nous ressort des histoires d'école bienveillante, d'abandon de la notation, de... Ras-le-bol!
Ras-le-bol parce que ce dont l'école a besoin n'est pas d'être assistée par des barbons enlisés dans leurs obsessions ou des médecins de Molière, ni de conseils plus ou moins avisés sur les méthodes d'enseignement, mais de mesures techniques concrètes et immédia…