Articles

Affichage des articles du août, 2014

Je n'ai pas choisi...

J'ai reçu ce message émouvant ce matin... Avec l'autorisation de son auteur, je vous le livre tel quel, je n'y ai rien ajouté ni retranché.
" J'ai un certain âge... et je n'ai pas choisi, à la base, ce métier d'enseignant qui, à l'époque de ma jeunesse, représentait pour mes parents de milieu très modeste, le nec plus ultra des professions dont ils rêvaient pour leur fils . Mais je suis vite tombé "amoureux" des gamins, de leur énergie à découvrir tout, de leur optimisme, de leur confiance. Je n'ai pas choisi non plus la fonction de directeur, que j'avais assumée "par intérim" avant qu'un aléa de ma vie privée me conduise à passer l'entretien d'habilitation... pour m'assurer un logement de fonction, certes oui, mais aussi parce que j'avais pris goût à cette possibilité de créer, moyennant forces efforts de diplomatie, un pôle de synergie positive entre les enseignants, les partenaires municipaux, sociaux …

Sources d'information...

J'ai reçu un courriel anonyme me posant la question suivante, qui reprend une phrase de l'un de mes anciens billets:
"Il y a un fonctionnaire de bureau pour quatre enseignants sur le terrain". Peut-on avoir des sources sur ce point ? Merci.
En règle générale, la seule source d'information pour ce qui concerne les chiffres de l’Éducation nationale est le ministère lui-même. Toutes les études et prospectives d'autres organismes sont basées dessus. Il faut donc rechercher les études de la DEPP (Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance) et y farfouiller soigneusement.
Vous trouverez ces documents sur le site du ministère, à la page des statistiques. Je recommande en particulier la lecture attentive du "Bilan Social" ou des "Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche". Toute cette documentation est riche d'enseignements.
On y apprend par exemple qu'en 2012 (dernier chi…

Soyez la bienvenue, Madame la Ministre...

Image
Madame la Ministre,
vous venez d'accepter, sur la proposition de Monsieur le premier Ministre, de prendre la tête du ministère de l’Éducation nationale. Comme vieil enseignant, je me permets de vous y souhaiter la bienvenue, et je formule à votre égard tous mes vœux de réussite.
Je regrette profondément la façon dont votre prédécesseur a quitté ses fonctions. Lorsqu'on accepte de s'occuper d'un ministère comme celui-ci, l'un des premiers de l’État, et le premier employeur d’Europe, j'estime nécessaire de faire fi de ses propres ambitions et de se mettre d'abord au service de la Nation. Ce départ imprévu et précipité me laisse un goût amer, d'autant plus lorsqu'on sait l'importance des dossiers en cours. M. Peillon avait entamé avec volonté une profonde et indispensable réfection du fonctionnement de l'école, M. Hamon a persisté dans cette voie, je souhaite de tout cœur que vous réussissiez à mener à terme ce qui est cours, et même que vous …

Coup de blues...

On ne peu pas dire que la France fasse preuve de stabilité depuis quelques années, à aucun point de vue: changements de politique divers, bavardages et discours à tort et à travers, décisions qui prônent le tout et son contraire... J'ai l'impression de vivre les années 50! Sauf qu'on ne peut appeler personne à la rescousse pour nous pondre une nouvelle Constitution.
Nous perdons donc de nouveau un gouvernement, il faut l'avouer de bric et de broc. Mais ce qui me fiche un méchant coup de blues, c'est que l'avenir de l'école s'assombrit à vue d'oeil. M. Hamon, qui semble ne pas devoir rester à son poste au ministère de l’Éducation nationale -on verra demain, mais ça me parait fort compromis-, continuait la politique de son prédécesseur en particulier envers les directeurs d'école. Il avait pris la peine de recevoir le GDiD et s'était engagé sur un certain nombre de mesures dont la première au moins est "passée". Que fera son éventue…

Premières mesures...

Un arrêté du 22 juillet 2014 modifie comme prévu l'indemnité de direction d'école. Ce n'est pas bézef, mais c'est rassurant de voir tenu le premier engagement du ministre.
Pour ce qui concerne les décharges d'APC pour les directeurs d'école, d'après le GDiD il semblerait que le ministre informera directement les recteurs et les DSDEN des nouvelles mesures, en attendant certainement une circulaire. Le ministre réunit ses ouailles le jeudi 21 août, peut-être en profitera-t-il pour leur en glisser un mot...