Articles

Affichage des articles du octobre, 2014

L'illusion numérique et la parole du Prince...

Image
Cela fait longtemps que je voulais écrire un billet sur l'illusion numérique, cet usage forcené de l'informatique et de ses outils qu'on tient absolument à nous présenter comme une panacée pour tous les maux de l'école. J'accumulais de la documentation, mais je me sentais un peu feignant, et voilà qu'une triste actualité me ramène à ce propos.
Un collègue, par ailleurs excellent connaisseur des outils numériques -voire même spécialiste de leur usage en situation-, s'est vu reprocher par sa hiérarchie un billet pourtant innocent de son blog, dans lequel il critiquait la pensée magique qui consiste à croire que le numérique peut être la solution ultime au fameux "décrochage" et autres échecs scolaires. Rappelons-le, il n'existe aucun devoir de réserve dans notre métier mais juste un devoir de discrétion quant à nos opinions religieuses ou politiques, et quant à ce qu'il nous est donné de connaître de nos élèves. Rien que de très logique en …

Appel à la résistance...

Je parcours quasi quotidiennement le net à la recherche de ce qui concerne les directrices et directeurs d'école, que ce soit en France ou ailleurs. De nombreux forums ou sites personnels foisonnent de témoignages, et ce que j'y lis m'effare.
Le directeur d'école m'apparait clairement comme la cible numéro un de l'école, tenu pour coupable de tous les défauts du système scolaire français, qu'il s'agisse des parents d'élèves qui persistent à croire que le directeur est responsable de tout ce qui se passe dans son école -pédagogie et comportement de ses adjoints compris-, ou qu'il s'agisse de l'administration qui le considère comme une vache à lait corvéable à merci. Il faut dire que l'institution de l’Éducation nationale s'ingénie à brouiller le message, en refusant de nous donner une définition claire de nos missions, soit le fameux "référentiel-métier" qui joue l'arlésienne. Cette absence de précision autorise bie…

Lynchage et porte ouverte...

Nous avons dans les écoles l'habitude des rumeurs. Il faut dire que longtemps fermées aux familles, elles furent un lieu secret auquel les parents d'élèves n'avaient pas accès, situation propice aux médisances de trottoir. Aujourd'hui encore si certains bruits se propagent c'est souvent la preuve d'un défaut de communication de la part de l'école et en particulier de sa directrice ou son directeur. Je ne saurais trop recommander à mes jeunes collègues qui débutent dans notre difficile mission de direction de beaucoup parler et beaucoup expliquer pour couper court à toute velléité de commentaire malveillant.
Il reste néanmoins parfois qu'une personne mal intentionnée parvienne à répandre des rumeurs malfaisantes, malgré les efforts d'un directeur d'école. Contre cela il n'y a guère à faire, sinon rapidement porter plainte et se faire assister d'un avocat -l'assurance professionnelle est dans ce cas particulièrement bien venue-. D'…

Le grand foutoir...

Je suis en colère contre l’Éducation nationale.
Il fut une époque où on nous foutait la paix. Les écoles tournaient tranquillement, ronronnaient certainement un peu, mais vaille que vaille fonctionnaient. Quelques ministres ont tenté de secouer le cocotier pour qu'il donne de meilleurs fruits, avec plus ou moins de talent, plus ou moins d'intelligence, et un petit peu de résultat.
Puis sont arrivés les "réformateurs". Lesquels? Tous. Une obsession de ces quinze dernières années: il faut "réformer" l'école, ou la "refonder", ou ce qui vous passe par la tête.
Quand un État centralisateur se mêle intimement de ce qu'il ne comprend pas, cela apporte une jolie somme d'effets pervers. Qu'on ne vienne pas me raconter que ce soit un hasard si depuis quelques années les agressions envers les enseignants se multiplient, jusqu'au meurtre. Plus personne ne comprend rien à l'école, les enseignants y compris. J'avoue moi-même ne plu…

Planter l'attente...

Image
Je l'ai écrit plusieurs fois ces dernières semaines, la rentrée a été difficile. Un quart des directeurs d'école de France a essuyé l'année dernière les plâtres de la réforme des rythmes scolaires, et cette année les autres dont je suis ont à leur tour goûté les joies d'une organisation municipale parfois brinquebalante. Je fais partie de ceux qui n'ont pas à se plaindre, mais alors qu'une rentrée est déjà toujours un moment compliqué, énergivore et chronophage, y ajouter cette couche de boulot n'a pas amélioré les choses.
Puis il y a les élections des représentants des parents d'élèves... Du temps -encore-, de l'énergie gaspillée -encore-, puis de l'argent pris sur le budget quelquefois limité des écoles, sans compter l'inénarrable ECECA qui nous pend au nez, histoire de compliquer un peu plus ce qui n'était déjà pas simple. Vous avez un scanner dans votre école, vous, pour numériser votre procès-verbal? Tant mieux pour vous, ce n'…