Articles

Affichage des articles du juin, 2015

Dans les textes, et dans les faits...

Je ne sais pas comment je suis arrivé au bout de cette année scolaire. Certes il reste au directeur d'école que je suis du travail pour la semaine à venir, mais chaque jour m'apporte son lot de tâches terminées, de décisions prises, de choix bouclés... Bref, je m'achemine doucement mais sûrement vers des vacances qui rarement je crois m'auront été aussi nécessaires.
La faute en revient en partie à mon âge, je le suppose, qui s'il m'autorise avec l'expérience accumulée à remplir avec rapidité et efficacité de nombreuses missions, par ailleurs fait que j'ai un mal de chien à récupérer de la fatigue malgré des nuits de huit heures. Et puis je m'avoue fort las de répéter à date quasi fixe des actes similaires depuis trente-six ans que j'enseigne et quinze ans que je dirige des écoles.
La faute aussi, je l'affirme désormais, à un rythme scolaire que j'ai du mal à supporter: je pouvais auparavant passer quelques heures tranquilles le mercredi…

Autorité et hiérarchie dans l'école...

Image
L'organisation administrative française est basée sur l'idée d'une hiérarchisation descendante: le Premier Ministre est le chef du gouvernement, son Ministre de l’Éducation nationale applique les choix du Premier Ministre et nomme trente-un recteurs et quatre vice-recteurs qui seront les représentants politiques de l’État dans les académies françaises, chargés de l'application des textes comme de les expliciter ou veiller à leur strict respect.
Viennent ensuite les DASEN, ou Directeurs Académiques, qui ne sont plus des politiques mais bien les premiers "organisationnels" de la hiérarchie. C'est à eux d'organiser l'école pour qu'elle respecte les choix du gouvernement, suivant en cela les consignes du Recteur qui les chapeaute.
Cliquez pour agrandir
On comprend bien ici ce que signifie le terme "hiérarchie": il ne s'agit pas d'une question de pouvoir au sens propre du terme, comme on pourrait le comprendre dans une organisatio…

Et les IEN, là-dedans ?

Je suis avec attention ce qui se passe sur internet et qui concerne les directeurs d'école, ce qui me permet de suivre discrètement certaines conversations sur les forums ou Facebook, sans généralement y participer d'ailleurs car je n'en ai pas forcément l'énergie en cette fin d'année où chaque jour amène une réunion ou autre en plus de ma gestion de classe à plein temps. De plus, autant à une époque j'avais envie de ferrailler avec les imbéciles, autant aujourd'hui je préfère laisser dire, les propos ineptes s'effondrant d'eux-mêmes dans les enfers de la bêtise (il y a du monde dans ce cercle-là...).
Dans ces conversations beaucoup de directeurs d'école semblent résignés à leur triste sort. C'est d'autant plus bête que manifestement ils n'ont pas lu -ou ont mal lu- leur propre "référentiel-métier" qui pourtant nous conforte dans un rôle très particulier et à forte responsabilité. Certes nous n'en avons pas encore vrai…