Articles

Affichage des articles du janvier, 2016

Le temps du découragement...

L'ambiance générale n'est pas bonne dans l'enseignement aujourd'hui. Quand on discute un peu avec des collègues, à l'école ou lors d'une réunion, pendant une conférence quelconque, sur les réseaux sociaux, on peut constater un désenchantement généralisé qui n'est pas loin de la déprime.
Il faut dire que la transformation de l'école n'est pas facile. Les médias posent la question avec une régularité inquiétante: peut-on réformer l'école? La réponse varie évidemment selon le fond politique qui sous-tend la question. Pourtant...
Pourtant depuis vingt ans nous sommes sur la sellette. À raison. Je suis le premier à déplorer les faillites de notre système éducatif, qui laisse de nombreux élèves quitter l'école sans bagage sérieux, voire avec des lacunes monstrueuses et un avenir social compromis. Pour autant les enseignants n'en sont pas à mon sens responsables, c'est l'organisation de l'école française elle-même qui crée cet état…

Petit dirlo 3 classes...

J'ai eu une journée horrible. Mes élèves étaient abominables, couraient, criaient, se battaient... j'en passe et des pires. Même leur boulot a été lamentable. Une journée catastrophique, qui m'a laissé lessivé, sur les rotules, exsangue.
Après, je suis allé dans mon bureau. Pas le choix, j'ai mes élèves toute la journée tous les jours, sauf une journée par mois. Donc pour faire mon travail de directeur, c'est avant, ou après. J'ai reçu un courriel de mon IEN. Inutile de vous dire que je n'y ai compris que couic. Je n'arrivais même plus à lire.
Alors je suis parti. Je suis rentré chez moi en voiture, en essayant de rester éveillé. Je n'ai même pas allumé la radio, je ne pouvais plus supporter le moindre bruit. Chez moi il fait chaud, il fait doux, c'est calme.
Hier, j'ai écrit un billet dans lequel j'exprimais tout mon optimisme quant à l'avenir des directeurs d'école. Parce que beaucoup de choses sont en bonne voie. Il y a quelq…

GrAF, PPCR, Charte de confiance... koikessa ?

Image
J'ai comme dans l'idée que la plupart d'entre vous sont perdus dans l'accumulation de textes qui nous pendent au nez ces derniers et prochains temps. Je ne parle pas des programmes destinés à nos élèves ni de la réorganisation du collège, mais bien des textes qui vont changer nos parcours professionnels, nos carrières, notre rémunération, ou notre statut.
Nous sommes fonctionnaires, à ce titre nous ne dépendons pas uniquement de l’Éducation nationale mais également du Ministère de la Fonction publique, tenu actuellement par Mme Marylise Lebranchu. Celle-ci travaille depuis de longs mois sur une réorganisation et une simplification de nos métiers. Ce n'est certainement pas un mal tant les grilles indiciaires, statuts et autres indemnités sont devenus d'une complexité qui ferait rigoler si personne ne s'y perdait.
Si nous prenons l'exemple de ce qui me concerne au premier chef, soit la mission de directeur d'école, nous pouvons préciser que nous somm…

Charte fonctionnelle de confiance...

Charte fonctionnelle de confiance entre les IEN et les Directeurs ou Directrices d’école
Cette charte a été écrite en collaboration entre G.D.I.D (Association nationale des directeurs et directrices) et les syndicats SI.EN-UNSA, SE-UNSA  et SGEN-CFDT (IEN et directeurs et directrices d’école).
La Refondation de l’école s’est donnée comme priorité, la réussite de tous les élèves. Le primaire en constitue un des axes essentiels. Ceci nécessite la reconnaissance de tous ses personnels et notamment les directeurs d’école. Un ensemble de mesures est venu consolider le décret de 89 et préciser le rôle essentiel du directeur d’école. Un référentiel-métier vient enfin de reconnaître et de préciser ce rôle (annexe 1). Il détaille les missions du directeur ou directrice, ses actions propres et les compétences spécifiques attendues. L’objectif est de favoriser le travail en équipe dans le cadre d’une autonomie pédagogique propice à une meilleure efficacité du système éducatif. Dans le prolongement de …

L'école: un chapelet d'occasions ratées...

Le rapport du 13 novembre dernier du "Comité de suivi pour la loi d'orientation" sur la "refondation" de l'école a été rendu public. Le constat présenté par le député socialiste du Nord Yves Durand - qu'on aurait légitimement du mal à qualifier de "partisan" - est sévère: manque de visibilité ou d'équilibre, incompréhensions, cassures, manque de soutien des acteurs... bref la litanie habituelle des erreurs, retards et ratés des réformes du système éducatif depuis plusieurs décennies, ou l'illustration typique de l'incapacité de l’État à réformer en profondeur un monstre tentaculaire centralisé qu'il ne maîtrise plus depuis belle lurette.
L'histoire de l’Éducation nationale depuis quarante ans n'est qu'un chapelet d'occasions ratées.
Pourtant les constats justes et vérifiables sont légion. Nous ne devons jamais oublier que le premier objectif de l'école est la réussite des élèves. Or l'école est en faill…

Le grand bazar...

L'âge moyen d'un professeur des écoles est de 40 ans. Je me considère comme un "vieux" dans le métier, et j'y entame ma 37ème année. J'ai également derrière moi une quinzaine d'années de direction d'école (j'ai la flemme de compter). On peut donc légitimement dire de moi que j'ai "une certaine expérience" des deux missions qui me sont dévolues. Une expérience certaine.
Sur cette base, je constate une extrême complexification de ce qui m'est réclamé, aussi bien comme enseignant que comme directeur d'école. Concrètement, plus on déclare en haut lieu vouloir me simplifier la tâche, plus elle devient compliquée, au point aujourd'hui que dans ma classe comme dans mon bureau c'est un embrouillamini, un emberlificotage, comme personne ne peut l'imaginer de l'extérieur. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?
Je ne peux plus faire un pas, dans mon enseignement comme dans ma gestion d'école, sans être…