Articles

Affichage des articles du mai, 2016

Où va la gouvernance de l'école ?

Image
Les élections présidentielles sont dans un an (un an!) mais pourtant depuis des mois nous sommes en campagne électorale, et ce qui me navre est que l'école, loin d'être laissée apaisée à l'écart des enjeux de pouvoir, reste un argument électoral. Brinquebalée entre partisans d'un énième retour à un passé fantasmé de hussards noirs - avec blouses, craies et férules, une école à la Doisneau - et partisans dont je suis d'une évolution nécessaire, l'école française va de nouveau connaître les affres d'une remise en question. C'est une "révolution permanente" dans le mauvais sens, celle qui autorise n'importe qui à dire ou écrire n'importe quoi, et surtout que les enseignants sont des feignasses qui ne bossent que 15h par semaine - oui, je l'ai déjà lu - aux frais du contribuable et se foutent des résultats scolaires de leurs élèves. Nous allons lire et relire ces prochains mois à quel point les petits français sont mal formés, ne save…

Système à la con...

Pourquoi, oui pourquoi le Directeur d'école est-il le dernier informé de ce qui se passe "officiellement" dans son école? Dans le cadre du mouvement, un enseignant doit y être nommé. La Commission ad hoc s'est tenue il y a plusieurs jours et je ne sais toujours pas si quelqu'un a obtenu le poste ni quel est son nom, ou si personne n'a été nommé pour une raison quelconque. S'agit-il donc d'un "pré carré" syndical auquel on ne doit pas toucher? Le programme informatique est-il infoutu d'envoyer un courriel de principe pour informer le Directeur? Dans un cas comme dans l'autre, je passe pour un con auprès des familles auxquelles je suis incapable de dire seulement le nom de l'enseignant que leur enfant aura l'année prochaine. Quel système, mon Dieu mais quel système!
Signé: un dirlo en colère qui en a marre d'être la dernière roue du carrosse.

Les dirlos ne sont pas à la fête...

Image
La polémique sur l'organisation des fêtes d'école et autres kermesses cette année dans les écoles est parfaitement symptomatique. Deux faits indiscutables en ressortent :
1) la position du Directeur d'école n'est claire pour personne, y compris pour les Directeurs eux-mêmes; 2) l’État et ses diverses administrations ignorent le fonctionnement des écoles.
On peut, et c'est suffisamment rare pour le signaler, lire la vérité dans les médias grâce à une bonne action de communication du Ministère. Effectivement pour l'organisation d'une fête d'école plusieurs cas sont possibles, selon que celle-ci doit se dérouler sur le temps ou hors temps scolaire.
Sur le temps scolaire, c'est le Directeur d'école - responsable de la sécurité des personnes et des biens - qui est responsable de la fête, de son organisation et de son bon déroulement. Le cas est rare voire aujourd'hui inexistant, car si d'une part les enfants restent sous la responsabilité de…

PPCR, c'est parti !

Image
C'est bien la première fois que je vois - depuis des lustres - un gouvernement faire ce qu'il a dit qu'il ferait. Les accords PPCR en sont un excellent exemple, et je me frotte les mains de contentement. Pour ce qui concerne la fonction publique en général, et l’Éducation nationale en particulier, les premiers décrets sont parus le 13 mai au Journal officiel. Pour ce qui concerne les enseignants, il s'agit du transfert primes/points, soit la transformation d'une partie des "indemnités" en points d'indice à partir de janvier 2017. Une partie seulement (au maximum 167 € en 2017, 389 € en 2018).
Je râlais récemment encore contre ce principe des "indemnités", qui me parait ahurissant, même si une partie est prise en compte dans le calcul de la retraite additionnelle de la Fonction publique. Voilà donc une première mesure qui va dans le bon sens de la prise en compte de ces "indemnités" pour le calcul de la pension de retraite.
Rappelo…

... les Dirlos de cœur sont aisés à connaître.

Je ne suis point, mon frère, un docteur révéré,
Et le savoir chez moi n'est pas tout retiré.
Mais, en un mot, je sais, pour toute ma science,
Du faux avec le vrai faire la différence.
Et comme je ne vois nul genre de héros
Qui soient plus à priser que les parfaits Dirlos,
Aucune chose au monde et plus noble et plus belle
Que la grande ferveur d'un véritable zèle,
Aussi ne vois-je rien qui soit plus odieux
Que le dehors plâtré d'un zèle spécieux,
Que ces francs charlatans, que ces dirlos de place,
De qui la sacrilège et trompeuse grimace
Abuse impunément et se joue à leur gré
De ce qu'ont les enfants de plus saint et sacré,
Ces gens qui, par une âme à l'intérêt soumise,
Font de l'école foutoir et marchandise,
Et veulent acheter crédit et dignités
A prix de faux clins d'yeux et d'élans affectés,
Ces gens, dis-je, qu'on voit d'une ardeur non commune
Par le chemin du fiel courir à leur fortune,
Qui, brûlants et priants, demandent chaque jour,
Et prêchent la retraite au…

Les dangers du scientisme éducatif...

Image
Ma surcharge de travail ces derniers mois m'a - à mon grand dam - fait louper plusieurs billets d'Olivier Rey. Profitant de ces quelques jours de repos pour me remettre au parfum, je découvre à mon grand plaisir quelques considérations étayées qui me confortent dans ma méfiance de ce que je pourrais appeler un  "élan scientiste" dans l'éducation, dont depuis plusieurs années je constate la virulence dans sa volonté d'implantation, et surtout je perçois les dangers.
Au même titre qu'il y a vingt ans on a commencé à médicaliser la difficulté scolaire, on veut aujourd'hui nous faire croire que tout ce qui est "apprentissage" scolaire serait scientifiquement mesurable et donc forcément réitérable. J'ai dénoncé lorsque j'étais beaucoup plus jeune les dérives psycho-sociales des réseaux d'aide qui existaient alors dans les écoles, et leurs faillites: toutes les difficultés infantiles étaient alors considérées comme les fruits de diffi…

C'est le printemps, c'est l'heure de relire Marbœuf !

Image
Ce soleil qui réchauffe mes vieux os me donne l'envie de relire l'excellent bouquin de Lucien Marbœuf "Vis ma vie d'instit".
... avec ma vieille main...
Je sais bien que je l'ai déjà lu trois fois, mais il y a dans ce livre un je-ne-sais-quoi, un souffle d'optimisme qui fait un bien fou, une petite brise de bonheur qui soulage, et qui va bien avec la lumière et la chaleur. Conseil d'ami: faites-le lire à quelqu'un qui n'est pas du métier mais que vous savez l'esprit clair. Je suis sûr qu'il adorera ça! Avec un pastis peut-être aussi...

65 millions de spécialistes...

Image
Le gouvernement a voulu cette semaine présenter un bilan de la "Refondation" initiée en 2012 par Vincent Peillon. Nous avons bien entendu assisté à une sorte de "show" à l'américaine dont j'avoue qu'il était assez bien vu. Somme toute, le présent gouvernement n'a pas à rougir de ce qui a été fait depuis quatre ans, j'ai trop présent en mémoire le souvenir des sinistres années Darcos pour ne pas apprécier les nouveaux programmes, les créations de postes, l'initialisation d'une réforme indispensable du collège, ainsi que d'autres mesures passées inaperçues auprès du grand public mais qui nous allègent un peu le travail sur le terrain. Avec les opinions politiques qui sont les miennes, je ne devrais peut-être pas l'écrire, mais avoir des idées n'interdit pas l'honnêteté, et sur ce sujet de l'éducation il faut bien avouer que le courage fut "de gauche", qui fit ces dernières années une grande partie de ce que &…