Articles

Affichage des articles du septembre, 2016

Classe exceptionnelle, quelques infos importantes...

Contrairement aux autres syndicats, le SE-Unsa a l'amabilité de nous tenir au courant des discussions qui ont actuellement lieu dans le cadre du protocole PPCR et qui concernent la "classe exceptionnelle", dont je vous rappelle qu'elle devrait voir son accès réservé (je cite) à "80 % des promus au titre de l’exercice, pendant 8 ans, de fonctions identifiées ou dans des conditions particulières (éducation prioritaire par exemple)". Dont les directrices et directeurs d'école. Ouf.
D'après le SE-Unsa (que je remercie) :
"... on commence à y voir un peu plus clair dans l’organisation de ce quatrième rendez-vous de carrière. Il aura une forme différente des trois premiers, articulés autour de l’inspection et de l’entretien avec le ou les supérieurs hiérarchiques.
Des éléments stabilisés Le rendez-vous ne prendra pas la forme d’un entretien, mais il sera procédé à un examen de la carrière complète Chacun convient de la nécessité de fixer un barème na…

Comment ne pas être en colère?

Voici un billet fort vulgaire, mais exaspéré.
Je suis directeur d'école en maternelle. Mon école a trois classes. Cela signifie que j'ai dix jours de décharge de service par an. Cela signifie aussi que j'ai ma classe à plein temps. Vingt-six élèves. Et j'ai cette année une classe de merde.
Cette expression vous choque? Désolé. Mais avec deux niveaux, un certain de garçons violents (et quand j'écris "violents" je reste aimable), une majorité d'élèves mal élevés, couvés donc qui ne rangent rien (c'est maman qui fait), égocentriques au possible voire même d'un égoïsme surprenant à cet âge, trois élèves obéissants sur vingt-six, j'en passe et des meilleures... C'est normal à cet âge? Non. Je sais maintenant pleinement pourquoi les deux collègues qui les ont subis en Petite et Moyenne sections en ont autant bavé les deux dernières années. C'est ma pire classe depuis quinze ans. Je vais en chier un max' cette année.
Mon boulot n'…

Désabusé...

Il est de notoriété publique que les enseignants français ne recommandent leur métier à personne, et surtout pas à leurs propres enfants. Directeur d'école, c'est encore pire, mais personnellement je n'ai même pas besoin de le dire, rien qu'à me voir chacun se détourne et je me demande bien qui voudra bien me succéder dans ma charmante petite école quand je prendrai ma retraite. Quant à mes enfants, cela fait belle lurette qu'ils font totalement autre chose.
Je rappelle à toutes fin utile que comme directeur de trois classes de maternelle je suis depuis deux ans "déchargé" de ma classe dix jours par an. Joie, félicité, Noël ! Cela signifie surtout que je l'ai en charge 170 jours. Et que je fais mon boulot de directeur en parallèle, ou avant ou après, mais beaucoup en parallèle parce qu'on ne me laisse pas le choix.
Ce fut comme directeur d'école, ces dernières semaines, ma quatorzième rentrée si je calcule bien. Fut-elle plus simple que les p…