Articles

Affichage des articles du octobre, 2016

L'image du dirlo...

Image
Un petit changement dans cette illustration que j'avais commise il y a quelques années, parce que là vraiment j'en ai marre des conneries politiciennes (cliquez pour agrandir).

Bonheurs et misères du numérique...

Image
Mon ancienneté dans mon métier m'autorise à jeter un regard particulier et autorisé sur son évolution depuis près de quatre décennies. Parce que ma mission a changé entre 1979 et aujourd'hui, de mes dix-huit ans à 2016. Si certains changements ont été catagénétiques, ou encore révolutionnaires au sens propre du terme pour n'être après quarante ans que revenus à leur point de départ, une vraie dynamique s'est en revanche établie avec l'irruption du numérique et d'outils dont jamais nous n'aurions pu soupçonner la stupéfiante importance.
Je ne vais parler ici que de l'école primaire, élémentaire ou maternelle, parce que je ne connais pas vraiment l'enseignement secondaire en dépit des efforts que je fais pour m'informer. De plus, contrairement à la plupart des français, de nos politiques en particulier, je refuse de baser mon opinion sur de vagues souvenirs de ma propre scolarité, trop ancienne désormais pour être autre chose qu'une ombre dan…

Les cheveux blanchis dans la carrière...

Image
L'un des inconvénients majeurs de notre métier d'enseignant du primaire est la totale absence de perspective de carrière. Qu'on ne vienne pas me dire que devenir Directeur d'école en est une tant ce second métier, qui s'ajoute au premier au lieu de le remplacer, est peu payé et peu considéré. Devenir dans le secondaire principal de collège ou proviseur offre une autre visibilité, et surtout augmente largement le salaire ou traitement, alors que le Directeur d'école doit lui être simplement "indemnisé", et dans une proportion humiliante. Je n'évoquerai même pas les fonctions de CPC ou autre "référent" quelconque, qui en fin de compte n'apporte comme amélioration - si l'on peut dire - que celle de ne plus être face à des élèves. On peut discuter sur cette dernière opportunité, il est vrai qu'arrivé mon âge les enfants deviennent réellement une fatigue quotidienne. Mais les tâches concernées sont à mon avis peu gratifiantes si …

Futilités et coups bas...

On me rebat les oreilles avec l' "école" depuis des mois. D'enjeu politique en marronnier médiatique, mon métier n'est pas l'objet de toutes les attentions mais un punching-ball fort pratique: voilà untel qui dévoile son programme pour l'école (comme si c'était indispensable) en proférant les pires âneries inspirées par d'anciens gauchistes fort opportunément passés à l'extrême-droite, et bien évidemment en nous promettant - car ils le font tous - un "retour aux fondamentaux" ou celui d'un uniforme qui pourtant n'a chez nous jamais été porté; voilà unetelle qui nous pond un bouquin nauséeux aux propos et au titre infamants, racontant les mensonges les plus éculés d'un ton d'autorité, ou nous vantant les mérites d'une "nouvelle" méthode d'éducation - pourtant élaborée il y a plus d'un siècle - qui je vous l'assure fait des étincelles; même le Pape s'y met, qui colporte les rumeurs les plu…

Comment Céline A. réinvente l'eau chaude...

Après un excellent repas (rôti de porc bio, confit d'échalotes, girolles et champignons de Paris, rattes...) certes un peu lourd mais de saison, m'est venue l'idée de causer du bidule qui fait le buzz, soit le bouquin tout aussi lourd mais nettement moins digeste de Céline A., dont je refuse de citer le nom tant cet opportunisme m'exaspère. Pour le coup, ce billet ne concernera pas forcément les Directeurs d'école, à moins que comme moi ils soient également enseignants en maternelle et comme les neuf dixièmes de ces écoles ont trois classes ou moins...
Voilà donc une Céline A. qui découvre l'école maternelle. Je l'ai écrit cinquante fois, la maternelle c'est le parangon de l'enseignement, ce n'est que du bonheur, même quand on a une classe "pourrie"... Hein? Oui, ça arrive, un groupe avec lequel pas grand chose ne fonctionne, mais bon c'est quand même rare. Fatigant, en revanche, c'est clair. Brave Céline, vous voilà aux comma…