Articles

Affichage des articles du avril, 2014

Direction d'école et leadership...

J'ai beaucoup écrit sur ce blog quant à l'importance des directeurs d'école dans le fonctionnement de notre école primaire. Le directeur d'école est au centre du système, même si cela est nié depuis longtemps par ceux qui n'ont pas intérêt pour des questions de pouvoir à ce que cela se sache, qu'il s'agisse de l'institution elle-même, des enseignants que cela peut « arranger », de syndicats divers ou de municipalités qui préfèrent l'ignorer. Je peux également comprendre que cette position centrale ne soit pas une évidence pour ceux qui connaissent mal la question, en particulier les familles de nos élèves qui pourtant sont les premières concernées.  Il est donc temps de l'expliquer, et pour ce faire je dois revenir sur quelques notions fondamentales.
Qu'est-ce qu'une école? C'est un lieu géographiquement organisé, un ensemble de bâtiments à usage spécifique, tout autant qu'une structure fonctionnelle. Son objectif est de faire a…

Pâques aux tisons...

Un peu refroidi... La fraîcheur de l'air ambiant m'indispose.
D'abord je me gèle le point d'indice. Je m'en doutais un peu, me direz-vous. Et puis je peux comprendre la nécessité pour l’État de faire des économies sur le principal des dépenses, soit les salaires, du premier employeur d'Europe qu'est l’Éducation nationale. Même si je perds du pouvoir d'achat depuis vingt ans et que la mesure n'arrange pas franchement mon porte-monnaie, d'autant que les enseignants français dont je suis restent parmi les plus mal rémunérés de toute l'OCDE. Mais si cette mesure peut aider les entreprises françaises à investir et donc à créer de l'emploi, le sacrifice vaut le coup. Le président de la République nous a fort gentiment informés que si d'ici 2017 la création d'emploi ne repartait pas à la hausse il ne se représenterait pas... Décision certainement salutaire pour éviter de toute manière une sévère déculottée, voire pire. Je veux bien ser…

Mauvais feuilleton dans le Vaucluse...

Image
Assistons-nous aujourd'hui à la triste fin d'un mauvais feuilleton? Ce que j'avais appelé dans un billet de ce blog "l'affaire Risso" semble arriver à sa conclusion, épilogue désagréable et inconfortable pour son principal protagoniste qui ne méritait pas ça, mais épilogue hélas logique si on se rapporte à la situation des directeurs d'école aujourd'hui.
Jacques, qui signe ses dessins et caricatures JAC et nous fait sourire depuis si longtemps, a donc été accusé par l'institution de n'avoir pas su gérer une douteuse affaire de harcèlement qui serait survenue dans l'école qu'il gérait depuis plus de vingt ans, vingt années de direction sans tache et assorties de rapports d'inspection élogieux. Le DASEN (Directeur Académique des Services) du Vaucluse, nouvellement nommé en septembre, a suivi logiquement les réquisitions de ses services, sans connaître ni se renseigner plus avant sur le dossier d'accusation. Dossier qui s'est…

Six anecdotes...

Suite à mon précédent billet, voici six anecdotes personnelles, qui illustreront peut-être l'image désastreuse de l'enseignement en général, de l'école primaire en particulier, le peu de considération que nous porte notre institution, et aussi en partie pourquoi je n'ai souvent que mépris pour le monde syndical enseignant.
Concours...
J'ai eu mon baccalauréat de philo, j'en ai appris la nouvelle par ma mère qui m'a téléphoné pendant le repas du centre de vacances où j'encadre ma première "colo" (j'en ferai pendant dix ans). J'ai préparé avant mon départ le dossier du concours de l’École normale, que ma mère n'a plus qu'à déposer. Ce concours, je le passe en septembre, j'y arrive second au classement, et très content de moi j'annonce la nouvelle à ma mère qui me regarde d'un œil dubitatif et légèrement réprobateur:
" - Mais... tu ne feras pas ça toute ta vie? "
Rentrée...
C'est la rentrée des élèves de la…

Ce métier est-il devenu un métier de m[...] ?

Image
Sondages et études se multiplient depuis quelques mois voire quelques années pour dénoncer pêle-mêle le stress des enseignants ou leur épuisement (le fameux anglicisme "burn-out" qui me hérisse le poil), leur profond sentiment d'insatisfaction et d'inaccomplissement, la difficulté d'un métier impossible à exercer quand on veut faire croire à une population que tous ses enfants sont capables d'étude, l'incompétence d'une institution pléthorique, anxiogène et dépassée, et plus récemment le dégoût profond d'une profession qui ne croit plus en sa mission au point de ne pas vouloir que ses propres enfants s'y consacrent. Le Café Pédagogique s'en est fait l'écho.
Quand j'étais petit, Monsieur l'Instituteur était un personnage. On ne venait le déranger que pour une circonstance grave, et quelle honte alors pour l'élève dont la mère passait à 17h le portail de l'école sous les yeux ébahis des enfants. Jamais il ne serait venu …

Le calendrier...

Image
Voici le calendrier du Ministère de l’Éducation nationale pour ce qui concerne le "Chantier Métier Direction d'école"... (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Ce qui me meut...

Certaines attaques, certaines réflexions, certaines réactions et autres questions m'amènent à me demander à quoi sert ce blog, ou plutôt ce qu'il est, et pourquoi je l'écris. Je ne m'étais jamais vraiment donné la peine d'y réfléchir, et après deux ans d'existence -ce qui est déjà long sur internet- il est légitime de tirer un premier bilan.
D'abord ce blog a été créé sur un vide. Effectivement, s'il existe de nombreux sites, forums et blogs d'enseignants, la plupart sont orientés "partage" -informations, aide et assistance...-, "humeur" mais généralistes -enseignement en général, secondaire...-, ou "humour" -billets humoristiques, dessins et caricatures...-. J'en ai référencé quelques-uns dans la colonne de droite. Peu de sites sont des sites d'analyse, ou alors institutionnels donc forcément orientés -sites syndicaux, sites gouvernementaux...-, journalistiques donc souvent lapidaires et mal informés ou franch…

Je ne suis pas un numéro, je suis un homme liiiibre....

Vous avez peut-être remarqué qu'il est possible de faire des commentaires à mes billets. Ce blog n'étant une tribune que pour son auteur, c'est à dire moi-même, il est bien évident que je filtre avec allégresse ceux qui me parviennent, ce qui me permet de vous épargner la lecture d'imbécilités diverses et d'andouilleries variées, ainsi que les propos de ceux qui ne pannent que couic à ce que j'écris, ou m'insultent copieusement parce que j'ai égratigné leur amour-propre -ou du moins l'endroit où ils le placent-. Internet est ainsi fait. Je reçois aussi par courriel de nombreux reproches et qualificatifs divers qui vont de "salaud" à "abruti", en passant par "sale type", et d'autres grossièretés que je préfère m'abstenir de vous faire partager pour conserver à ce blog une certaine tenue. J'en ai encore reçu un tout à l'heure, qui "ne me salue pas". J'en fais de même.
Les adjectifs qui tente…

Directeur d'école irrité...

Irrité, oui... En colère, furieux... Mécontent. Pour trois raisons.
D'abord j'ai vécu une semaine de travail épouvantable. Entre changement d'heure et arrivée du printemps, mes élèves étaient dans un état déplorable, incapables de se concentrer, bavards et excités, trente petits vampires de cinq ans qui ont sucé mon énergie heure après heure de lundi 8h30 jusqu'à vendredi soir. Cela fait partie du métier, évidemment. Mais comment concilier la nécessaire totale disponibilité de l'enseignant dans ce cas là avec la mission difficile du directeur d'école sans décharge? J'avais bien entendu en plus une semaine chargée, avec Équipe de Suivi de Scolarisation, Équipe Éducative, etc... J'ai quitté l'école vendredi soir dans un état d'épuisement rare. J'étais cuit, et j'ai traîné la patte jusqu'à ma voiture, pour rentrer chez moi boire une bière en me demandant combien de semaines, de mois, d'années, je devrais encore vivre cette situatio…

Bienvenue M. Hamon...

Vous êtes donc officiellement depuis ce matin, M. Hamon, Ministre de l’Éducation nationale. Comme enseignant, directeur d'école, je vous souhaite la bienvenue.
C'est une tâche difficile qui vous attend, Monsieur le Ministre. M. Peillon, votre prédécesseur, n'a pas démérité à ce poste, loin de là, et contrairement à ce que pousseraient à faire croire certains mouvements et groupuscules extrémistes sans idées ni avenir. Mais il a été coincé par des impondérables immaîtrisables. Cela ne l'a pas empêché de tout faire dans la mesure de ses moyens pour réformer cette grosse machine qui en a un besoin urgent, pour le premier et simple objectif qui est celui de la réussite scolaire de nos élèves. En cela, je remercie M. Peillon d'avoir malgré toutes les critiques et les avanies réussi à tenir son cap.
De nombreux chantiers ont été lancés depuis deux ans, qu'il vous faudra mener à terme pour le bien de l’École: celui des rythmes scolaires -changement nécessaire, n'…